Utopia - Björk

Utopia

Björk

  • Genre: Alternative
  • Sortie: 2017-11-24
  • Explicite: notExplicit
  • Pays: FRA
  • #Track: 14

  • ℗ 2017 One Little Indian Limited / Wellhart Limited

Tracks

Arisen My Senses (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Blissing Me (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
The Gate (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Utopia (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Body Memory (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Features Creatures EUR 1.29 YouTube Genius
Courtship (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Losss (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Sue Me (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Tabula Rasa (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Claimstaker (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Paradisia EUR 1.29 YouTube Genius
Saint (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius
Future Forever (feat. Arca) EUR 1.29 YouTube Genius

Apple Music

Avis iTunes

  • Allo La terre???

    1
    - 54REZ54
    Mais c'est quoi ca? Dans quelle condition écouter cet alb. Ce truc? La c'est La palme d'or du plus mauvais album de bjork. Inaudible.brouillion. Un assemblage de n'importe quoi qui ne signifie rien. C'est si compliqué pour bjork en 2017 de faire Une musique pop toute simple passable en radio et surtout ecoutable dehors sans se faire jeter des pierres? Non franchement,c'est du grand n'importe quoi.
  • Uniformité et ennui

    3
    - Thioboy
    J'écoute Björk depuis presque 30 ans, et cela fait malheureusement plusieurs années que sa musique m'ennuie. Cet album à l'horrible pochette distille surtout de l'uniformité, aucune surprise, aucune soudaine vibration, aucun changement de rythme. Je me suis procuré le vinyle en édition limitée : il dormira quelques années dans ma discothèque, en attendant que je le revende à un bon prix...
  • cacophonie

    1
    - meynier56
    Attention les oreilles ... Utopie ou chimère. Une musique irréalisable qui aurait due rester dans les cartons.
  • Hum

    1
    - Lajflqkdbziiakf'qizkfj
    C’est de la musique ça ? Seigneur 😴
  • SURPRISE ET MIRACLE

    5
    - Ledamel
    J’avais écris il y a quelques semaines une mauvaise critique sur les 2 premiers singles qui me faisaient craindre le pire; ET BIEN J’AVAIS TORT. Je dirais même, du coup The Gate et Blissing Me, pris dans l’ensemble, reprennent toute leur saveur unique ! me voilà réconcilié avec Björk alors que je ne l’attendais plus… Et ce à quoi je ne m’attendais pas non plus, c’est que cela se fasse autant sous le signe de l’émotion touchante et sincère, donc à travers d’abord 3 coups de coeur immenses qui se confirment : TABULA RASA. D'une grâce totale et bouleversante, un cri minimaliste, une tribune tout en douceur, où la mère-femme désarmante et déterminée, lance cette supplique, cet appel d'amour. Tout cela au son des tendres flûtes dignes des plus jolies faces B de Debut : les flûtes ont ce côté régressif, infantile, old school, pur, frais et charmant. Björk y revendique et dénonce les systèmes misogynes en place. Un crescendo angélique et mélodique, dont la simplicité et l'immédiateté me retourne comme je ne pensais plus possible. Derrière sa structure classique et répétitive, c’est la chose la plus lyrique et jolie que Bjork a écrit depuis longtemps. L’émotion est magique, limpide, très lisible… Le message de la chanson, étrangement d’actualité, serait une sorte de « Déclare Independance » féérique et désarmant de caresses. Je suis soufflé. C’est fait avec une élégance fatale qu’elle n’utilisait plus depuis des lustres… Je suis en amour. SAINT. Un alliage électro/mélodies très classiques qui m’a rendu addict dès la 2eme écoute. Je n’ai pas plus d’explication et de justification : harmonies super lisibles-super bjork, joliment plaintives et désarmées, choeur de plusieurs versions d’elle-même, et « refrains » en effet presque musique de film et tarte à la crème… Ce qui m’étonne c’est le côté finalement assez simple, pas prétentieux, pas si expérimental et barré que ça dans ce genre de morceau. Elle est loin la bjork à qui je reprochais de ne faire que les sons qu’elle entend dans sa tête, quitte à tomber dans l’organique maladroit et inécoutable. Là, c'est le genre de chanson douce, chaude, rassurante et simple en fait, pleine d’amour, que le cœur ne peut que retenir très vite. Outro de malade, on notera, mais ça devient classique dans cet album. FUTURE FOREVER. La chanson finale n’est pas la chanson d’espoir naïve qu’elle pourrait être. Sur cette idée géniale de la voix de Bjork, plus pure et presque accapella que jamais, bijou, sur le simple écrin des sons simples et cosmiques, lointains et réverbérés de Arca. Une superbe et simple mélodie accessible, des paroles simples, intelligentes, subtiles. Superbe et bouleversant comme je n’avais (jamais/pas depuis longtemps) entendu chez la Dame. J’avoue avoir même du mal à l’écouter depuis quelques jours tant elle me retourne. Encore une fois, la sincérité est si désarmante, illuminée, pure. A armes égales, ou presque, la réconciliation s’est faite aussi dans la brutalité élégante et effrayante des compositions teintées de sombre. Et oui, pour une utopie soit-disant dégoulinantes de fleurs et de cuicui, des séquelles sombres persistent, et j’aime ça ! Ca grabuge sec, entre : - les fantômes du passé hantant le spectral, quasi paranormal et délicieusement angoissant Features Creatures - la violence du drame familial d’un Sue Me guttural et bien martelé. Il y a du 5 years là d’ssous, c’est bien balancé, sons destroy de malade, refrain super scandé, ambiance où elle et Arca semblent avoir laissé leur folie de mixeurs faire n’importe quoi, alors que c’est super maîtrisé et chiadé. - l’oraison romantique mélancolique à pleurer sur fond de bruits de destruction de Loss. - et surtout l’incroyable Body Memory ! Sur cette dernière pépite, bruits, râles, incantations, renâclements, coups et cris de jungle, de forêts hantées, de trolls, monstres et autres sabbats vaudous en pagaille ! Cette mémoire du corps fait mal et fout les choquottes. Une vraie transe perdue dans les montagnes la nuit sous ayahuasca ! Une longue (!) plaie ouverte et mystique qui prend avec moi, même bien mieux et subtilement qu’un black lake. Enfin, les « dégoulineries» en question, m’ont enchanté aussi, le titre éponyme, où bien sûr l’artiste lâche son concert d’oiseaux et de flûtes de manière totale assumée, façon Kate Bush Aerial, et arrive à m’emmener exactement là où elle voulait (une promenade illuminée dans son fameux eden, rafraîchissant, charmant et chamarré), et l’enchanteur Blissing qui m’avait déçu au début, et qui me trotte en tête non stop… Et je n’oublie pas Arisen My Senses, ovni inclassable, coup de foudre obligé. Autant de perles sur 14 pistes, ça ne m’était pas arrivé de puis Homogenic et Vespertine. Chapeau Madame. Ce que j’aime je pense dans cet album, c’est qu’elle ne nous inonde pas : les morceaux sont différents, tous ne sont pas béats et utopiques comme redoutés…Voilà pourquoi les morceaux se voulant scintillants et oniriques prennent toute leur valeur. Fini les morceaux comme « Harm of will », « An echo a stain »,  « Innocence », « Hope », « I see you you are », et beaucoup de choses sur Medulla, Biophilia et même Vulnicura trop laborieuses pour me faire le moindre effet et rester dans ma mémoire. Il y a dans Utopia une fluidité que j’ai totalement embrassé dès la première écoute, alors que j’y allais perdant, sévère, aigri, bourré des pires a priori, saoulé d’avance. Pour moi Bjork s’y est enfin (re)trouvée.
Le comble est que Bjork dans cet opus réussit à me plaire sans forcément refaire du Debut, de la pop ou du Homogenic (bien que, j’insiste, cet album me semble être la synthèse parfaite de tous ses albums d’avant). Utopia est fidèle à ce qu’il est : barré, expérimental, plein de choses jamais entendues avant, chez elle ou ailleurs ! Mais pour la première fois, tout passe. Pour moi c'est la réconciliation que je n'attendais plus. L'hiver sera "Utopique"... ;-) RE-Merci Madame l’Artiste. Edouard Dia, 93130
  • Merveille féérique

    5
    - kerogothar
    Long voyage à la beauté magique... à écouter au hasard de la journée, à laisser défiler sans prise de tête; Bjork nous emmene dans un coin de paradis... où flotte l' amour au chant des oiseaux...
  • Nectar

    4
    - Sthabe
    Utopia me fait réellement penser à un parfum...oui c'est bien cela...note de tête, note de cœur et note de fond. De la première impulsion d'Arisen My Senses aux dernières effluves de Future Forever... Chacune de ses notes, dévoilant l'alchimie d'une fragrance évidement singulière vibrante et à fleur de peau, s’émeuvent tour à tour, enivrantes étonnantes ou pudiques. Le chant d'Arisen My Senses m'évoque avec surprise l'univers de Natasha Kahn alias Bat For Lashes...
  • Pourquoi ?

    1
    - cstlse
    Pourquoi ne pas essayer de rendre audible ses albums . J ai l impression Que c est une private joke a chaque fois . Depuis vespertine , sous couvert de mal être ou bien être ou «suis trop forte je peux faire chanter des goutte d eau » , elle nous sert un plat sans épice , sans couleur et elle ne met même pas les couverts pour l avaler rapidement. C est d autant plus ralant quand on connaît ses débuts .... ses envolées pop ou lyrique (Joga) . Faire de la musique sa psychanalyse est totalement excluant pour l auditeur .... a moins de souffrir des mêmes maux que la dame . J espère que nous Pourrons regoûter a quelques chansons trip hop , electro pop comme bachelorette ,Army of me, violently happy,human behaviour,big Time sensualité,hyperballad,all is full of Love,pagan poetry (Chef d Oeuvre ) . Allez Björk... un album avec de vraies mélodies stp
  • Du grand Björk !

    5
    - tc_lioubov
    J'attendais l'album avec impatience et je suis encore une fois surpris par ce nouvel album ! Björk envoie du lourd notamment sur Arisen My Senses, Loss, Sue Me, the gate... Attention cet album est un grower il faut l'écouter quelques fois pour qu'il se rélève mais ça vaut vraiment le coup parce qu'une fois qu'on est sur son utopia le bonheur est total ! Big Up à Features Creatures qui me rend dingue !
  • Difficile de rester créatif

    3
    - Undeuxtroisquatre
    Ultra bien arrangé au niveau instrumental, les mélodies sont un peu redondantes trop souvent (par rapport à toute la carrière de Bjork). Et certaines paroles sont vraiment trop gênantes, au point de rendre la chanson inaudible (Sue Me). Et son féminisme au fond machiste (la femme faite pour rester avec les enfants) allié à un optimisme ultra-naïf et plat, sont très décevants je trouve. Le succès et la vieillesse lui sont peut-être montés à la tête, et ne font décidément pas bon ménage ... Au moins, c'est "genuine", comme d'habitude. Merci tout de même, Bjork, pour cet ensemble vraiment pas mal.

Videos de cet artiste